Le Bitcoin BTC : zoom sur la première crypto monnaie au monde

Le moins que l’on puisse dire c’est que le Bitcoin déchaine les passions aussi bien sur le marché français que partout dans le monde. Alors que certains considèrent qu’il représente l’avenir des moyens de paiement, d’autres pensent qu’il s’agit d’une arnaque. Pour les investisseurs le Bitcoin peut s’avérer être un placement très rentable. C’est pourquoi ils sont de plus en plus nombreux à ajouter ce token à leur portefeuille de trading.

BITCOIN

Vous voulez en savoir plus sur cette crypto monnaie qui se caractérise par un cours très volatile et qui fait souvent la Une de l’actualité ? Vous souhaitez acheter du Bitcoin ou vous lancer dans le trading de cryptomonnaies ? Nous allons répondre à toutes vos questions.

Le Bitcoin est la première cryptomonnaie qui a vu le jour. Elle est aujourd’hui encore la plus connue de toutes les crypto monnaies. Son concept est présenté pour la première fois aux actualités en 2008, mais ce n’est qu’en 2009 que son code source réel est implémenté sur le marché. Le système du G20 décide de le considérer comme un crypto actif, c’est-à-dire un actif virtuel pouvant servir de moyen de paiement à une communauté.

Si le terme « blockchain », ou « chaîne de blocs », est utilisé pour la première fois suite à la crise mondiale de 2008, les premiers Bitcoins n’apparaissent sur le marché qu’en janvier 2009. En octobre 2009, cette monnaie virtuelle se voit doter d’une valeur officielle équivalente à une monnaie fiduciaire, qui s’élève à 0,001 dollar USD. Autrement dit, le prix d’un bitcoin était de quelques centimes de dollars américains seulement. Il faut aujourd’hui dépenser plusieurs milliers de dollars pour l’achat d’un seul Bitcoin !

Depuis sa création, le prix du BTC ne cesse de prendre de la valeur. Son cours a connu une envolée telle que de nombreux geeks et visionnaires se sont enrichis grâce au BTC en en achetant alors que cette monnaie virtuelle était encore inconnue du grand public et qu’elle ne valait rien. Depuis, cette cryptomonnaie est devenue l’un des actifs préférés des investisseurs qui s’intéressent à la Bourse et aux marchés financiers. En février 2011, la cryptodevise atteint la même valeur que le dollar. En novembre 2013, elle atteint 1000 dollars USD. Sa valeur continue de monter jusqu’à atteindre un pic réel de 19.891 dollars USD à la fin 2017. Vous aimeriez vous aussi gagner de l’argent grâce à cette monnaie dématérialisée ? Nous allons vous expliquer où et comment acheter des bitcoins mais aussi comment spéculer sur la volatilité du cours Bitcoin grâce au trading CFD.

En décembre 2010, le créateur du code Bitcoin, Satoshi Nakamoto, se retire du projet. Il est remplacé par le scientifique Gavin Andresen. L’identité de Satoshi Nakamoto, créateur du code Bitcoin, n’a jamais été connue. Selon nos informations ce nom est sûrement un pseudonyme, puisqu’il n’existe pas d’éléments prouvant son existence avant l’apparition des crypto devises. Au fil des années, on a pensé qu’il s’agissait d’un quadragénaire Japonais, d’un physicien retraité Nippo-Américain, d’un Britannique, puis d’un Australien. Il pourrait aussi s’agir d’un groupe de personnes, et non d’un individu.

Aujourd’hui, à l’échelle mondiale, environ 350.000 transactions en Bitcoin sont réalisées quotidiennement.

Définition : C’est quoi le Bitcoin et comment ça fonctionne ?

La cryptomonnaie est un marché relativement nouveau qui suscite de nombreuses interrogations chez les novices. Voici de façon succincte un petit lexique qui vous aidera à y voir un peu plus clair. La création et la gestion des actifs (ou jetons) de crypto monnaie nécessitent un logiciel de code. Ainsi, des agents rétribués se chargent des transactions. Ces agents, les « mineurs », bénéficient d’une capacité de calcul informatique qui leur permet d’archiver et de sécuriser les éléments du système des transactions au sein d’un registre, la « blockchain » ou « chaîne de blocs ». Ce nom, blockchain, vient du fait qu’un XBT est composé de différents éléments, les « blocs », qui sont liés entre eux en réseau, comme les maillons d’une chaîne.

En français, on appelle « minage » le travail de vérification, de sécurisation et d’enregistrement de chacun des éléments des blocs. Le travail des mineurs est récompensé par la création de nouveaux jetons à intervalles plus ou moins importants. Actuellement, un nouveau bloc Bitcoin est créé environ toutes les 10 minutes.

Sur les plateformes d’échange CFD, le sigle le plus courant du Bitcoin est BTC. On utilise aussi le sigle XBT. Enfin, si la monnaie est le Bitcoin (avec majuscule), son unité est le bitcoin (sans majuscule).

Quels sont les avantages du Bitcoin ?

Le Bitcoin est une cryptomonnaie réputée souple et versatile, mais aussi sécurisée, car traçable à tout moment. Ses frais de transaction sont bas. De plus, cette monnaie virtuelle est acceptée comme moyen de paiement par des commerçants, et conserve sa valeur là où d’autres monnaies sont davantage perméables à l’inflation et aux variations de la bourse, de l’offre, et de la demande. C’est aussi un réseau de paiement dont les données sont fiables, qui dont on parle très souvent aux actualités, et qui est plus connu que ses concurrents) dans le domaine des cryptomonnaies (comme par exemple l’Ethereum, le Ripple, le Litecoin ou encore le Bitcoin Cash). Les transactions en BTC sont immédiates, anonymes et sans limite de montant.

Quand on dispose de bitcoins, on peut les échanger contre d’autres cryptomonnaies de la blockchain ou contre des monnaies fiduciaires (euro, dollars USD, etc). Ils peuvent également être utilisés comme moyen de paiement pour l’achat d’objets ou le paiement de services. Comme pour les autres monnaies, le taux de change en bourse est variable selon les époques, l’offre, la demande.

En bref, avec le réseau Bitcoin, on peut recevoir ou envoyer son argent à n’importe quel moment, dans n’importe quel endroit, rapidement et sans limite via son portefeuille crypto. N’étant reliée à aucun état et aucune banque, et garantissant l’anonymat de ces utilisateurs, cette crypto est la monnaie la plus utilisée sur le darknet.  

Minage : comment miner cette crypto monnaie ?

Le minage, c’est le système de regroupement des transactions sous forme de « blocs ». Lors de chaque opération, le mineur accole à chaque bloc un « en-tête ». Dans cet en-tête, on trouve la taille du bloc en question, sa date, son heure, les caractéristiques qui y sont liées, ainsi que différentes sécurités permettant d’identifier et tracer chaque bloc.

Pour chaque opération, les mineurs sont rémunérés en prix XBT. Actuellement, ce prix s’élève à 12,5 bitcoins par bloc. Avant de toucher cette contrepartie, il faut que le bloc soit accepté dans le réseau. C’est ainsi que la cryptomonnaie est créée, d’où l’analogie avec les mines d’or.

La plupart des blocs contiennent entre mille et deux-mille transactions. Une fois acceptés et diffusés, le système veut qu’ils ne puissent plus être modifiés. Le Bitcoin est donc un système bien rodé. S’il essuie des critiques concernant sa consommation d’électricité, le minage des bitcoins est pourtant plus écologique que la distribution de monnaie « classique » (comme les dollars ou les euros), puisqu’il nécessite moins d’infrastructures type agences ou distributeurs de billets.

Combien y a-t-il de bitcoins en circulation ?

La quantité de bitcoins en circulation est limitée à 21 millions. C’est pourquoi la récompense du travail de minage diminue avec le temps. On estime qu’elle est divisée par deux tous les quatre ans. C’est ce qu’on appelle le « halving ».

Le « halving » divise par deux la quantité de bitcoins créés lorsqu’un nouveau bloc est validé. Le halving joue donc un grand rôle dans la quantité de bitcoins disponibles. Le premier halving a eu lieu en 2012, le second halving en 2016. En mai 2020 nous avons assisté au troisième halving Bitcoin.

Il arrive aussi que des actifs soit perdus à cause de maladresses. Actuellement, le nombre de bitcoins en circulation dépasse les 18,5 millions.

Qui possède le plus de bitcoins ?

L’entité qui possède le plus de bitcoins est celle qui se cache derrière le pseudonyme Satoshi Nakamoto, créateur de la monnaie virtuelle. On estime qu’il possède plus d’un million de BTC. S’il décidait de vendre en dollar cette fortune en bitcoins, Satoshi Nakamoto deviendrait l’une des personnes les plus riches du monde grâce à la blockchain.

En deuxième position, c’est la Bulgarie qui possède le plus gros stock de bitcoins. L’état bulgare en détiendrait en effet plus de 210.000 soit l’équivalent d’environ 800 millions de dollars USD. Derrière elle, on trouve la plateforme d’échange CFD Bitfinex. Enfin, le quatrième prix est attribué au FBI, grâce aux saisies effectuées dans le cadre d’utilisations illégales de cryptomonnaies par des entreprises ou des particuliers.

Quels pays utilisent le Bitcoin ?

Les pays qui utilisent le plus le réseau XBT sont de grands pays développés. Ainsi, aux Etats-Unis, au Japon, en Grande-Bretagne, en Suède ou encore à Paris et dans le reste de la France, l’utilisation de ce type de portefeuille est très répandue.

Dans ces pays, les investisseurs sont attirés par cette cryptomonnaie car elle permet de varier leurs placements et leur portefeuille d’investissement, ce qui est appréciable dans un contexte de crises à répétitions, où la peur de la dévaluation influence l’offre et la demande.

La demande en bitcoins qui détermine le cours de cette devise, augmente chaque fois qu’un événement rend l’avenir plus incertain dans les actualités. Cela s’est confirmé avec le Brexit, les crises en Grèce, ou encore l’élection de Donald Trump.

Mais cette crypto est aussi utilisée en dehors de la zone euro et des Etats-Unis. Par exemple en Russie ou au Venezuela. Dans ces pays, ce sont les phénomènes d’inflation et d’incertitude politique qui entraînent un décuplement d’intérêt pour les devises virtuelles.

On l’utilise aussi au Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Dubaï…), ainsi qu’en Afrique.

Le succès du Bitcoin est donc planétaire. Les investisseurs de tous les pays ont les yeux rivés sur cet actif d’autant plus qu’il suffit d’avoir un smartphone et un accès à internet pour obtenir des informations sur cette crypto et son cours.

Le Bitcoin en France

En France cette monnaie virtuelle n’est pas réglementée d’un point de vue juridique. Selon nos informations, certains juristes ne la considèrent même pas comme une vraie monnaie. La Banque de France, elle, la considère comme une « pseudo monnaie ».

Mais la Banque de France n’est pas négative concernant cette devise puisqu’elle considère l’anonymat inhérent au XBT comme une protection des usagers. La DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques) considère quant à elle le Bitcoin comme un « bien meuble ».

En France, le Bitcoin, ainsi que les transactions et bénéfices qui lui sont liés, demeurent soumis à l’impôt. En 2018, le ministère de l’économie a préconisé une non-régulation des monnaies virtuelles, dans le but de permettre à leur technologie de se développer. Les spécialistes ont considéré cette décision comme une première avancée vers une régulation française spécifique aux cours des crypto-monnaies.

Vous vous demandez peut-être comment acheter des bitcoins en France ? Sachez que la plupart des plateformes d’achat et d’échange de cryptomonnaies sont accessible depuis la France et traduites en français.

Frais : combien ça coûte d’utiliser le BTC ?

En théorie, il n’est pas obligatoire de payer les frais liés à la blockchain Bitcoin. Cependant, les mauvais payeurs sont pénalisés par les mineurs de la blockchain, qui traitent en priorité ceux qui leur font gagner le plus d’argent. Plus l’utilisateur est prêt à payer de frais, plus vite il obtiendra le résultat de son prix Bitcoin. Les personnes qui refusent de payer les frais d’un échange risquent de ne jamais être pris en considération par les mineurs, ce qui pourra impacter leur portefeuille.

Pour une confirmation rapide de sa transaction (moins de trente minutes), l’utilisateur devra débourser environs 80 satoshis par octet (le satoshi étant la plus petite unité du bitcoin, cela représente 0,000 000 80 BTC/ octet). Dit autrement, un utilisateur débourse en général quelques centimes d’euros pour une transaction médiane. Notons aussi que les montants trop anodins (moins de 0,01 BTC) sont taxés à hauteur de 0,0001 BTC, et ce, afin d’éviter un trop grand nombre de transactions minuscules.

En règle générale, l’utilisateur peut compter sur l’algorithme du logiciel BTC, qui organise les transactions de façon à ce qu’elles soient rapides. Si les frais de transaction sont trop élevés, chaque utilisateur peut les refuser, et effectuer sa transaction à un autre moment.

Sécurité : le Bitcoin est-il fiable ?

En termes de sécurité pour les usagers, la blockchain Bitcoin est la plus fiable des cryptomonnaies. La sécurisation de ses données rivalise avec certaines monnaies fiduciaires. Comme avec tout type de transactions financières, il existe un risque en cas de trading, mais, par rapport à ses concurrents, le réseau bitcoin bénéficie de nombreux avantages.

Le premier avantage est que le XBT est utilisé par un grand nombre de personnes de par le monde, ce qui limite la possibilité d’arnaques. Par exemple, il est bien plus utilisé que son concurrent l’Ethereum, ou toutes les autres cryptomonnaies. Car le succès du XBT fait que de nombreux programmeurs se sont penchés sur son cas, et développent jour après jour des outils qui réduisent la prise de risque.

Depuis sa création, la blockchain Bitcoin s’est taillé une réputation d’outil financier rassurant et stable pour les adeptes du trading CFD. Il se repose sur un protocole efficace et solide, qui souffre peu du risque d’être piraté au moment de l’achat. Cela ne signifie pas que le portefeuille de ses usagers soit à l’abri de toute déconvenue. Le Bitcoin reste une cryptomonnaie volatile, qui subit les aléas des marchés, de l’achat, des actualités et de la bourse. Mais on pourrait en dire autant de nombreuses monnaies fiduciaires.

Un utilisateur qui se demande si le prix Bitcoin est fiable pourrait se poser la même question concernant le dollar USD, l’euro, ou tout type d’argent. Aucun investissement, aucune transaction de trading, aucune des crypto monnaies, aucun des éléments de la bourse n’est sans risque. Car il ne faut pas oublier que les marchés « traditionnels » de la bourse se sont écroulés à maintes reprises, et que c’est grâce aux gouvernements que ces marchés ont pu se relever. Voilà l’une des données pour lesquelles les usagers considèrent le Bitcoin (et même parfois l’Ethereum, ou autres crypto monnaies) comme une valeur refuge et adaptée au trading.

Comment investir dans le Bitcoin ?

Comme pour l’Ethereum et les autres cryptomonnaies, il existe plusieurs façons d’investir dans le Bitcoin. On peut s’adonner à l’achat sur les plateformes d’échange en ligne. Après avoir ouvert un compte sur la plateforme d’échange l’utilisateur peut acheter, échanger et revendre des devises numériques via un portefeuille crypto.

Il est également possible d’investir dans le Bitcoin d’une autre manière. En passant par une plateforme de trading CFD l’utilisateur peut spéculer sur le prix du Bitcoin et des autres principales cryptomonnaies comme l’Ethereum, le Ripple ou le Litecoin. L’objectif du trading est de générer des bénéficies en investissant soit sur la hausse du cours Bitcoin soit sur sa baisse. Les plateformes de trading CFD rencontrent un vif succès en France. Pour investir dans le BTC eToro est l’un des courtiers leaders du marché.

Le minage, qui consiste à se lancer comme mineur sur la blockchain en ligne afin de traiter des données BTC et d’être rémunéré est un autre moyen de tirer profit du Bitcoin mais il s’agit d’une activité réservée aux experts qui possèdent du matériel informatique suffisamment puissant.