La Russie envisage les paiements internationaux en Bitcoins

Fin mars, le président de la commission de l’énergie du Congrès russe, Pavel Zavalny, a déclaré lors d’une conférence de presse que la Russie était prête à accepter les Bitcoins pour le paiement de ses exportations de ressources naturelles.

“Lorsqu’il s’agit de nos pays amis, comme la Chine ou la Turquie, qui ne font pas pression sur nous, nous leur proposons depuis quelque temps déjà de basculer les paiements vers les monnaies nationales, comme le rouble et le yuan”, a déclaré M. Zavalny lors de la conférence de presse.

La Russie et les paiements en crypto-monnaies

Le gouvernement russe discute de la possibilité d’utiliser les crypto-monnaies pour les paiements internationaux.

C’est ce que rapporte Reuters, citant l’agence de presse russe Interfax.
Interfax a en effet révélé que le chef du département de la politique financière du ministère russe des finances, Ivan Chebeskov, a explicitement déclaré que l’idée d’utiliser des crypto-monnaies pour les transactions est en pleine discussion au niveau du gouvernement.

En Russie, il y a actuellement une sorte de bras de fer sur la réglementation des crypto-monnaies, avec le ministère des Finances plus ouvert d’un côté, et la Banque centrale un peu plus réticente de l’autre.

Chebeskov a révélé que cette discussion est en cours depuis des mois, et bien que le gouvernement s’attende à ce que la crypto soit tôt ou tard rendue légale dans le pays en tant que moyen de paiement, aucun consensus n’a encore été atteint avec la Banque centrale à cet égard.

Avant même que la guerre en Ukraine n’éclate, il semblait que le Bitcoin pourrait être utilisé par les Russes pour contourner les blocages et les restrictions, mais il semble que cela ne se soit produit que partiellement.

Toutefois, si au lieu des citoyens ou des entreprises privées, c’était directement le gouvernement qui les utilisait, alors la situation pourrait changer du tout au tout.

Lire aussi :  Bitcoin et Lightning Network : le layer le plus populaire pour les paiements

La relation que le gouvernement russe pourrait avoir avec les crypto-monnaies

Le fait est que les crypto-monnaies décentralisées, comme le Bitcoin ou l’Ethereum, ne sont en aucun cas censurables ou bridables. Ainsi, si le gouvernement russe détient un wallet, personne ne pourrait l’empêcher, de quelque manière que ce soit, d’envoyer des crypto-monnaies à une autre adresse, n’importe où dans le monde, en paiement d’une fourniture quelconque.

Cela vaut également pour les stablecoins rattachés à des monnaies fiduciaires, notamment le dollar, car si les token sont utilisés sur des blockchains décentralisées avec des portefeuilles non dépositaires, il est impossible d’empêcher leur utilisation.

Toutefois, si les adresses des portefeuilles des autorités russes étaient connues, elles pourraient être mises sur une liste noire des échanges centralisés, ce qui rendrait extrêmement difficile, voire impossible, l’échange de crypto en monnaies fiduciaires.

Il convient également de mentionner que les Russes font apparemment partie des plus grands utilisateurs de crypto-monnaies au monde, si l’on prend comme référence le pourcentage de citoyens des plus grands pays du monde qui utilisent des crypto-monnaies.
Selon une estimation récente, l’extraction de crypto-monnaies en Russie absorbe jusqu’à 2 % de l’ensemble de la consommation électrique nationale.

Ainsi, si les institutions et les autorités russes restent sceptiques à ce sujet, de nombreux citoyens et entreprises privées ne semblent pas l’être.

Dans un tel scénario, il semble difficile que les autorités choisissent finalement de rester à l’écart, et de ne pas profiter des avantages qu’elles pourraient obtenir en optant pour une utilisation éventuellement réglementée de ces nouvelles technologies.

Les effets que le Bitcoin pourrait avoir dans le gouvernement Russe

Autoriser les crypto-monnaies comme moyen de règlement du commerce international permettrait de contrer l’impact des sanctions occidentales, qui ont vu l’accès de la Russie aux mécanismes traditionnels de paiement transfrontalier “restreint”, a déclaré M. Chebeskov.

Le fait que la Russie soit ouverte à l’acceptation du bitcoin change la donne. L’année dernière, le président Poutine avait écarté cette possibilité lors d’une interview à la Semaine Russe de l’énergie à Moscou.

Lire aussi :  Un membre du SEC est pour l’ETF Bitcoin

“Je pense qu’il a de la valeur”, avait déclaré Poutine à l’époque, en faisant référence au Bitcoin. “Mais je ne pense pas qu’il puisse être utilisé dans le commerce du pétrole.”

La taille actuelle du marché du bitcoin et sa liquidité font douter de la possibilité pour les pays d’utiliser largement cette monnaie peer-to-peer dans le commerce international. La volatilité le rend complexe en tant que système de paiement. Toutefois, la Russie pourrait utiliser le bitcoin pour certains échanges, peut-être dans des canaux limités et contrôlés, ou faciliter son utilisation par les particuliers, afin de leur permettre d’accéder plus facilement et en toute légitimité aux services internationaux, qu’il s’agisse de voyages ou de petites transactions commerciales de pair à pair.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page